L’Histoire de Casque d’Or – Partie 4

Pendant la bataille des fortifications, Leca reçoit plusieurs balles de revolver et est transporté à l’hôpital Tenon pour y être soigné. Sorti de l’hosto trois jours plus tard, encore convalescent et sous bonne garde, Leca n’échappe pas à une nouvelle attaque. Le fiacre qui le ramène chez lui est attaqué par Manda. Plutôt du genre acharné le Manda non ? 

La presse sensationnaliste s’empare de l’affaire.

Attisés par la bataille rangée des fortifs’, les fins limiers de la presse flairent le bon coup. Ils n’en peuvent plus de s’étonner que tout le ramdam est dû à cause d’une fille. Une gigolette qu’on surnomme « Casquette » sur le ruban. Ils se dépêchent de retrouver celle qui deviendra Casque d’Or, surnom ô combien plus vendeur pour les tirages. Interrogée par l’un d’eux devant la porte de l’hôtel de Leca, elle lâchera cette réponse quand on lui demandera duquel de ces beaux garçons elle est éprise : « Peut-on jamais savoir ces choses-là ». Toujours dans les bons coups, Amélie sent le bon filon de la presse aguicheuse. Les journalistes se pressent sur le seuil de sa porte pendant que ses amants se terrent des flics. La presse veut des informations ? Elle leur en donnera, mais non sans en tirer profit elle-même. 

Un "Manda" poignardant un "Leca" devant Casque d'Or - vers 1900, Paris

Un « Manda » poignardant un « Leca » devant Casque d’Or – vers 1900, Paris

 

Pendant ce temps, une nouvelle fois interrogé par la police sur son lit d’hôpital, Leca renonce toujours à évoquer le nom de Manda, au risque de sa vie.Les rixes se poursuivent pendant quelques semaines, mais sans commune mesure avec celle des fortifications. La presse et les bourgeois feignent l’indignation et se repaissent discrètement dans le même temps des bonnes feuilles de cette chronique. 

Dernier bail, début du bagne

Finalement, au bout de quelques semaines, le père de Leca, n’en pouvant plus des exactions à répétitions, dénonce Manda aux flics. Les deux chefs de bande et quelques-uns de leurs comparses sont arrêtés et leurs procès respectifs fixés à avril 1902.Le tout Paris s’agite devant le palais de justice et chacun veut venir voir de ses propres yeux ces filous et surtout la belle qui a fait tourner autant de têtes. Le premier procès, celui de Manda est retentissant de ce point de vue et les chroniqueurs judiciaires se régalent des bons mots de l’audience. Celui de Dominique Leca est un peu moins suivi, l’affaire commençant déjà à se dégonfler. Aussi vite qu’elle avait emballé tout le monde. 

Simone Signoret et Serge Reggiani dans le film "Casque d'or" de Jacques Becker en 1952

Simone Signoret et Serge Reggiani dans le film « Casque d’or » de Jacques Becker en 1952

 

Finalement, les deux apaches sont condamnés au bagne à Cayenne. L’histoire retiendra que les deux prirent le même bateau pour la Guyane, d’où aucun des deux ne reviendra jamais. Leca sera enfermé alors que Manda, habile de ses dix doigts, officiera comme infirmier de chirurgie. Certains racontent que Manda chercha son ennemi depuis sa cellule. Jamais il ne mettra jamais un point final à sa vengeance. 

La fin du règne

Amélie, plus connue sous son nom d’artiste désormais, sera embauchée pour mener une revue dans un cabaret, mais l’affaire n’ira pas bien loin. La reine apache vendra tout de même ses mémoires à la presse, toujours au fait du sensationnel. 

Casque d’Or disparaitra de la circulation et ne fera plus jamais parler d’elle. Les derniers signalements qu’on possède d’elle date de la fin de sa vie, où elle oeuvra comme couturière. En effet, mariée et définitivement rangée du « milieu », celle-ci mourra de la tuberculose dans les quartiers d’Ivry et l’indifférence. 

Tous les trois auront participé à la naissance d’un mythe fondateur, d’où resteront pour jamais hérité le nom d’apache et l’une des plus belles et violentes histoires d’amour du XXe siècle. 

L’article original a été publié sur le site Gang de Paris
Partager:
Écrit par Scheuer Kévin
31 ans - Lieu de vie : Forêt mystique - Animal totémique : Cerf élaphe - Particularités : Inclinaisons fâcheuses à faire des phrases